Pour une réattribution de l’album Costumes Italiens (1809), de Debret

Marcelo Gonczarowska Jorge

JORGE, Marcelo Gonczarowska. Pour une réattribution de l’album Costumes Italiens (1809), de Debret. 19&20, Rio de Janeiro, v. XIII, n. 2, jul.-dez. 2018. Disponível em: http://www.dezenovevinte.net/obras/mgj_album.htm [Português]

* * *

1.       Le peintre, illustrateur et historiographe français Jean-Baptiste Debret (1768-1848) est l’un des personnages les plus étudiés par les spécialistes de l’histoire du Brésil, surtout en raison de l’iconographie de ce pays qu’il établit au long des trois tomes et centaines de lithographies de son ouvrage Voyage pittoresque et historique au Brésil, publié à Paris entre 1835 et 1839. Pourtant, malgré l’intérêt porté par les chercheurs sur ce personnage, les recherches ne penchent quasiment pas que sur sa carrière après son arrivée à Rio de Janeiro en 1816, période considéré la plus fascinante de son œuvre. De ce fait, il y en a encore de grandes lacunes et inexactitudes sur la première moitié de sa vie, avant son départ en Amérique. Dans le but de rectifier une de ces imprécisions, nous nous proposons de discuter l’attribution d’une œuvre aujourd’hui considérée, de façon erronée selon notre avis, comme de la main de cet artiste. Effectivement, d’après nos enquêtes, l’album Costumes Italiens (1809) [voir fac-similé] n’aurait pas été fait par Jean-Baptiste Debret, mais par son frère cadet, l’architecte François Debret (1777-1850). C’est pourquoi nous essaierons, dans cet article, de présenter le document et son importance pour les études debretiennes, de démontrer qu’il est assez incertain que le peintre l’ait dessiné, et d’argumenter que, dans toute probabilité, son frère l’a produit, et que de ce fait c’est à lui qui revient la paternité du cahier.

2.       Le seul exemplaire connu de ce petit recueil de 1809 appartient actuellement au Département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France (BnF). Intitulé Costumes Italiens, il comprend 31 gravures coloriées, qui représentent des types populaires italiens, surtout des paysans de Naples et de Rome.  Sa couverture présente les informations manuscrites suivantes [Figure 1]:

Costumes Italiens

Dessinés à Rome en 1807.

Par Debret

Grav. p. L. M. Petit.

En 1809

3.       Le "Debret" désigné sur la couverture du document a été longtemps interprété comme étant Jean-Baptiste. Et de ce fait, l’album a une valeur spéciale pour les chercheurs sur Debret, parce qu’il serait le "premier essai" de l’artiste dans la représentation socio-ethnographique des terres étrangères, où se trouveraient les racines de son célèbre Voyage Pittoresque. En s’appuyant sur les gravures de ce petit recueil du Departement des Estampes, Julio Bandeira a proposé une analyse du développement du style de Debret en les comparant aux planches du Voyage Pittoresque[1]:

4.                                             Ses types italiens, qui furent gravés par L. M. Petit en 1809 dans une série de 31 planches, sont durs comme des sculptures. Une partie de cette rigidité allait perdurer au Brésil, dans sa représentation des Indiens et dans ses tableaux historiques; Debret ne réussirait à se libérer de cette dureté  gréco-romaine que sur les trottoirs et rues cariocas.[2][3]

5.       D’autres auteurs, se basant toujours sur les informations de la couverture de l’album, ont fait des déductions qui n’ont aucun fondement documentaire. Naves,[4] par exemple, dans son célèbre et influent texte sur Jean-Baptiste Debret, affirme qu’"en 1807 Debret reçoit une bourse d’étude pour l’Italie"[5] et qu’il y séjourne pendant deux années. Comme Naves ne présente guère la source de ses renseignements, nous entendons qu’il a naturellement fait des supposions à partir des données manuscrites sur le recueil.

6.       Le catalogue en ligne de la BnF désigne effectivement Jean-Baptiste Debret comme l’un des auteurs de cet album en tant que dessinateur, et Louis-Marie Petit (1784-18[…]) en tant que graveur.[6] On ne sait pas vraiment quand cette attribution a été faite, mais elle n’a presque jamais été remise en cause par les spécialistes de Debret - par exemple, Prado, Gruzinski et Bandeira.[7]

7.       La première chercheuse qui a mis en doute cette attribution a été Valéria Lima, spécialiste brésilienne de l’artiste. Dans son livre sur Debret,[8] issu de sa thèse de doctorat, elle fait le commentaire suivant:

8.                                             La littérature sur Debret nous informe qu’en 1809 l’artiste aurait publié un album de costumes italiens. L’exemplaire qui appartient à la collection de la Bibliothèque nationale de Paris porte le titre et les informations suivantes: Costumes Italiens, dessinés à Rome par Debret, gravés p. L.  M. Petit en 1809. Ces informations, ainsi que les références des 30 images qui composent l’album, sont manuscrites. Les gravures sont coloriées, et elles enregistrent des coutumes et des habitudes du peuple italien.  Il est naturel que ces images aient une signification importante pour l’iconographie brésilienne de Debret, parce qu’elles démontrent son intérêt et son aptitude pour ce genre de représentation. Il n’y a pas pourtant de sources plus solides confirmant une possible publication de cet album, ou même un possible voyage de Debret en Italie durant cette période.[9]

9.       Effectivement, à ce point des recherches déjà entreprises sur Debret, soit par nous ou par d’autres chercheurs, aucune source de l’époque n’a été trouvée, qui fasse référence à un quelconque voyage de Jean-Baptiste Debret à ce moment-là, ni à cet album. Cela ne signifie pas nécessairement, nous l’avouons, qu’il ne l’ait pas entrepris; cela indique simplement qu’il n’y a pas de registre d’un tel déplacement - outre le recueil lui-même, si on accepte son attribution à Debret. Pourtant nous jugeons qu’il y a assez d’éléments qui indiquent que ce déplacement aurait été assez improbable à ce point de la vie de l’artiste, et que son attribution peut être faite - même au-delà de tout doute - à son frère cadet, François Debret. Pour introduire ces arguments, il nous semble indispensable de commencer par présenter une petite chronologie de la vie de Debret l’aîné.

10.    Jean-Baptiste Debret naquit en 1768, à Paris. Issu d’une famille avec de nombreux liens dans les cercles d’artistes et d’architectes de la capitale, il entra tôt à l’atelier de Jacques-louis David, qu’il accompagna durant son séjour à Rome, entre 1784 et 1785. Pendant les années 1790, il concourut au Grand Prix de Rome (aboutissant à une seconde place en 1791), devint professeur de dessin à l’École centrale des travaux publics, future Polytechnique (1794), et participa au Salon de Paris avec une peinture d’histoire (1798). Entre 1798 et 1804, il travailla pour le bureau des architectes Charles Percier et Pierre-François-Léonard Fontaine, fut professeur de dessin au Collège Sainte-Barbe (de 1801 à 1810) et exposa encore une fois au Salon (1804). Entre 1806 et 1812, il fit partie de la multitude de peintres réunis par Dominique-Vivant Dénon (1747-1825) pour peindre l’épopée napoléonienne. En 1816, il partit au Brésil, d’où il rentrerait en 1831, pour publier les centaines d’aquarelles et dessins produits pendant son long séjour sud-américain dans les trois tomes de son Voyage Pittoresque et Historique au Brésil. Il mourut en 1848, sans descendance directe.[10]

11.    Rien ne nous permet d’assurer qu’il y ait eu un déplacement de Debret en Italie en 1807; d’ailleurs, un tel voyage semble assez improbable. Debret exposa un tableau de sujet napoléonien au Salon de 1806 (Napoléon rend hommage au courage malheureux, Versailles, Musée national du Château) et un autre au Salon suivant, en 1808 (Napoléon décore à Tilsitt un soldat de l'armée russe de la croix de la Légion d'honneur, Versailles, Musée national du Château), ce qui lui laisserait l’année 1807 pour partir à Rome, si ce n’était pas par son engagement à l’Institution Saint-Barbe, où il était professeur de dessin depuis 1801. Il n’est pas, évidemment, impossible qu’il ait pris congé pour partir en Italie, mais, il faut le répéter, s’il y a des sources qui le placent à Paris en 1806, 1807 et 1808, il n’y en a pourtant aucune qui le fasse pour Rome, outre, évidemment, comme nous l’avons déjà remarqué, le carnet lui-même. En somme, dans le cas où le recueil soit réattribué, l’hypothèse même que Jean-Baptiste Debret soit allé en Italie sera entièrement écartée. 

12.    Si on ne peut donc pas affirmer avec certitude que Jean-Baptiste ne soit jamais allé en Italie après 1785, nous pouvons en revanche certifier sans aucun doute que son frère cadet, François, a fait ce voyage, et précisément à l’époque indiquée sur la couverture de l’album. François Debret fut un architecte français assez connu dans la première moitié du XIXe siècle. Élève de Percier et de Fontaine, il concouru au Grand Prix de Rome d’architecture en 1798, mais échoua. Vers cette époque, il fut recruté par l’Armée révolutionnaire, pour laquelle il dessina quelques bâtiments. En 1806, il partit avec son homologue et ami Hyppolite Lebas (ou Le Bas, 1782-1867) en Italie, où il produisit une grande quantité de dessins, dont quelques-uns ont été utilisés dans l’Œuvre complète de Jacques Barozzi de Vignole (sic), co-écrite avec Lebas et publiée en 1815. François Debret allait devenir au cours des années l’un des architectes les plus importants de France; en plus d’être élu membre de l’Institut de France, il fut fait officier de la Légion d’Honneur.[11]

13.    Comme nous venons de le décrire, François Debret partit effectivement en Italie en 1806, et y serait resté pendant plusieurs années. Ce voyage, bien documenté, aurait même fourni la base pour la production des planches et du texte des Œuvres complètes de Barozzio de Vignole, publié plus tard en 1815. Pendant le séjour italien, Debret le cadet réalisa une quantité énorme de dessins, la plupart comprenant des dessins architecturaux d’immeubles italiens et des vues de paysages, mais il en fit aussi de quelques figures humaines, surtout des paysans locaux. Ces œuvres sont aujourd’hui conservées à l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris, et il nous paraît évident qu’elles ont servi de référence pour les estampes de l’album de la BnF, principalement parce que quelques-unes des estampes de celui-ci sont presque identiques aux dessins que François Debret fit en Italie.

14.    On trouve l’exemple le plus illustratif de cette similarité de sujet et de style au moyen de la comparaison entre la planche n. 23 des Costumes Italiens (la Choucharde de Mola) [Figure 2] et l’aquarelle Mola di Gaeta, femmes (PC 77832, 6, 110), de François Debret [Figure 3]. La gravure est tout simplement, à l’exception de quelques petits détails, une reprise du torse de la figure centrale de l’étude faite en Italie par Debret le cadet, mais juste inversée.[12] Cette "reprise" de motifs entre les deux œuvres se répète maintes et maintes fois, comme, par exemple, entre la planche n. 18 des Costumes Italiens et le lavis Fondi: femme de dos (PC 77832, 6, 105), la planche n. 2 et encore une fois l’aquarelle Mola di Gaeta, femmes (PC 77832, 6, 110).

15.    À l’argumentation chronologique et iconographique, nous pouvons ajouter aussi des documents de l’époque qui semblent lever tout doute par rapport à l’attribution. Le Journal Typographique et Bibliographique, dans son édition nº VII, an 12, du 13 février 1809, mentionne, par exemple, la publication de quelques planches du recueil, dans la section Gravures:

16.                                         Il vient de paroître les douze premiers numéros d´une suite de Costumes Italiens, dans le format des Modes Françaises, dessinés sur lieux; par F.D. et H.L. et gravés par L. M. Petit, contenant les royaumes de Naples et d´Italie et les Etats du Pape. Il en sera mis deux au jour par semaine, jusqu´au nombre de trente, où sera porté [sic] la collection. Prix: 30 cent. chaque numéro.

17.                                         A Paris, chez Martinet, libraire, rue du Coq Saint-Honoré, n° 13 et 15 ; rue des Mathurins-St.-Jacques, n° 18 ; et chez L. M. Petit, graveur-éditeur, rue du Battoir Saint-André-des-Arcs, n°. 3.[13] 

18.    Si l’on compare cette notice à l’album Costumes Italiens, on ne peut pas douter que celle-là n’est qu’une annonce de la parution de celui-ci. Effectivement, le titre est le même (Costumes Italiens), la date est la même (1809), le graveur est le même (L. M. Petit) et le contenu est le même (les paysans des royaumes napoléoniens de l’Italie et leurs costumes). Le plus important c’est que le journal précise les auteurs des dessins, "F. D. et H. L.", et renseigne que les images ont été prises "sur lieux." F. D. et H. L. ne peuvent être autres sinon François Debret et Hippolyte Lebas, qui, comme on l’a souligné auparavant, séjournèrent ensemble en Italie pour une période de temps que nous ne savons pas avec certitude, mais qui commença en 1806 (soit avant 1809, date de publication de l’album).  Pour ce qui concerne les monogrammes, il faut ajouter que les deux architectes avaient déjà signé de la même manière (c’est-à-dire, avec les initiales FD et HL) au moins une autre gravure, en 1804.[14]

19.    Le nº XXVII du Journal Typographique et Bibliographique, du 5 juillet 1809, soit quatre mois après l’édition citée, fait savoir que

20.                                         Il vient de paroître une suite de Costumes italiens, dans le format des Modes françaises, dessinés sur les lieux; par P. D. [sic] et H. L., et gravés par M. Petit: contenant les royaumes de Naples et d´Italie, et les Etats du Pape. Cette collection, au nombre de trente numéros, se vend 9 fr. pour Paris.[15]

21.    Si l’on considère, comme il nous semble évident, que "P.D." n’est qu’une erreur de rédaction pour F.D., il est indiscutable que l’ensemble des planches des Costumes Italiens sont des mains de François Debret et d’Hippolyte Lebas.

22.    Il y a pourtant une donnée contradictoire entre la notice du Journal et l’album lui-même. Le périodique annonce la publication d’une suite de 30 gravures, pendant que le recueil de la BnF en compte 31. Cette incongruence découle, à notre avis, du fait que la dernière estampe [Figure 4] n’appartient pas à la série. D’abord, stylistiquement, les figures de la dernière planche semblent plus rondes que les précédentes. Ensuite, la taille de cette gravure est plus petite que les précédentes (22 x 14 cm contre 25,5 x 16,5 cm de celles-là). En ce qui concerne les inscriptions, les planches de n. 1 à n. 30 des Costumes Italiens  n’ont pas du tout de texte imprimé, mais manuscrit; la dernière, en revanche, a plusieurs inscriptions gravées:[16] un numéro de série, (soit le n. 33, donc, trois numéros après le dernier annoncé, le 30), le titre de la série (Costumes Italiens), un sous-titre (Donne di Cascano) et une signature au-dessous de l’image, à la place généralement où on met le nom du graveur, qui est en ce cas celui de Maleuvre. Il faut souligner que celui-ci est un graveur (et souvent dessinateur) reconnu du début du XIXe siècle, qui publia plusieurs suites, gravées en eau-forte et coloriées, de costumes pendant l’Empire et la Restauration, entre lesquels des costumes suisses, espagnols, allemands, français, et italiens.[17] En fait, dans le recueil Ef 227(b) de la BnF, consacré à son œuvre, on trouve l’exemplaire original de la planche 33 des Costumes Italiens.  Il nous paraît, au vu des informations précédentes, hors tout doute que cette estampe a été ultérieurement ajoutée à cet album, auquel elle n’appartient point originalement. Cela expliquerait de façon simple la différence entre la notice du Journal et le document de la BnF.

23.    Pour ne pas rater complètement une analyse du rapport stylistique entre les Costumes Italiens et l’Œuvre de Jean-Baptiste Debret, il nous paraît qu’il suffit de dire que, si les figures du Voyage Pittoresque sont en général rondes et gracieuses, celles du petit carnet de la BnF sont d’un format très géométrique, rappelant le carré et le cercle ; il leur manque une certaine élégance; elles sont lourdes, larges, et ne semblent pas avoir été faites avec aisance (p. e. n. 4, Femme à Ostie). Il y a, dans certaines planches, des erreurs anatomiques évidentes, comme les mains du Pénitent, de la planche n. 5 [Figure 5], qui sont énormes, hors toute proportion, défaut que l’on ne retrouve point sur les dessins connus de Debret l’aîné, artiste formé dans l’école très stricte de Jacques-Louis David.

24.    Si l´on consulte le document Registre des Dépots faits au Cabinet des Estampes et Planches-gravées de la Bibliothèque nationale (p. 90),[18] sous la date du 10 Janvier 1809, on trouve le dépôt de "Deux exemplaires du premier Cahier de Costumes (coloriés) Italiens dessinés à Rome par F. De Bret et gravés par le Deposant [sic] [L. M. Petit] [...]." Ce fait seul semble confirmer la paternité de l’œuvre.

25.    D’après cet exposé, il nous paraît que ce serait une erreur d’insister sur l’attribution à Jean-Baptiste Debret de l’album Costumes Italiens. Rappelons brièvement les éléments de l’enquête: d’abord, il n’y a effectivement aucun indice d’un deuxième séjour italien de celui-ci, surtout en 1807; ensuite, nous avons vu que François Debret alla en Italie en 1806 avec son ami Hippolyte Lebas et y resta pendant des années ; puis, nous avons présenté des sources d’époque qui confirment la publication en 1809 d’un album de Costumes Italiens, signé de "FD" et de "HL", dessinés d’après nature dans les royaumes italiens; en outre, la qualité du dessin écarte un rapport stylistique claire entre ces planches et l’Œuvre de Jean-Baptiste. Ainsi, nous croyons que le véritable auteur de l’ouvrage est en fait François Debret, et peut-être aussi Hippolyte Lebas.  La révision de l’attribution de ce document rendrait par conséquent justice à ses créateurs réels et éviterait une interprétation erronée du parcours artistique du peintre Jean-Baptiste Debret.

BIBLIOGRAPHIE ET REFERENCES

Livres, articles et dissertation

BANDEIRA, Julio. Os teatros brasileiros de Debret. In: CORREIA DO LAGO, Pedro ; BANDEIRA, Julio. Debret e o Brasil: obra completa (1816-1831).  2e ed.  Rio de Janeiro: Capivara, 2008, pp. 19-53.

BARBIN, Madeleine; BOURET, Claude (éd.). Inventaire du fonds français: Graveurs du XIXe siècle. Paris: BnF, 1985, t. 15 (Mabille-Marville).

DEBRET, Jean-Baptiste Debret. Voyage pittoresque et historique au Brésil. Paris: Firmin Didot, 1839, t. 3.

GONCZAROWSKA JORGE, Marcelo. Estética da cópia: por uma filologia histórica de algumas gravuras de Jean-Baptiste Debret (1768-1848). Dissertation de Master 2 présentée à l’Université de Brasília, 2016.

GRUZINSKI, Serge. Les nouvelles images de l’Amérique. In: Rio de Janeiro, la ville métisse:  illustrations et commentaires de Jean-Baptiste Debret. Paris: Chandeigne, 2001, p. 165-191.

LIMA, Valéria Alves Esteves Lima. J.-B. Debret, historiador e pintor: a viagem pitoresca e histórica ao Brasil (1816-1839). Campinas: Unicamp, 2007.

NAVES, Rodrigo. A forma difícil: ensaios sobre arte brasileira. 2e ed. São Paulo: Ática, 1997.

PRADO, J. F. de Almeida. Jean-Baptiste Debret. São Paulo: Companhia Editora Nacional, 1973.

REGISTRE DES DEPOTS FAITS AU CABINET DES ESTAMPES ET PLANCHES-GRAVEES DE LA BIBLIOTHEQUE NATIONALE: 1804-1812. Paris: s.e., 1804-1812. Manuscrit. Cote de la BnF: RESERVE YE-79 (2)-PET FOL.

SARRUT, Germain; SAINT-EDMÉ, B. Biographie des hommes du jour. Paris: Henri Krabbe, 1837, t. 3, part 2.

SAMOYAULT, Jean-Pierre. La formation de l’emblématique napoléonienne et sa diffusion dans les arts décoratifs de l’époque impériale. In: L’aigle et le papillon: symboles des pouvoirs sous Napoléon (1800-1815). New York ; Paris: Les arts décoratifs ; AFA, 2007, p. 52-61. Catalogue de l’exposition présentée au Musée d’arts décoratifs de Paris (entre autres), du 2 avril au 5 octobre 2008.

Page web

Bibliothèque Nationale de France. Notice de personne. In: Catalogue général de la BnF.  Consulté le 08 mars 2016,  à <http://catalogue.BnF.fr/ark:/12148/cb1452838800>.

Sources imprimées

DEBRET [François ?]. Costumes Italiens: dessinés à Rome en 1807. Paris: L. M. Petit (ed. et grav.), 1809.

JOURNAL TYPOGRAPHIQUE ET BIBLIOGRAPHIQUE, Paris, Pillet, an 12, n. 7, 13 février 1809.

JOURNAL TYPOGRAPHIQUE ET BIBLIOGRAPHIQUE, Paris, Pillet, an 12, n. 27, 3 jul. 1809a.

______________________________

[1] Toutes les citations en langue étrangère présentées au long du texte ont été traduites par nous. Nous avons pris le soin de présenter les originaux en notes de bas de page.

[2] BANDEIRA, Julio. Os teatros brasileiros de Debret. In: CORREIA DO LAGO, Pedro ; BANDEIRA, Julio. Debret e o Brasil: obra completa (1816-1831).  2e ed.  Rio de Janeiro: Capivara, 2008, pp. 19-53, p. 23-24. 

[3]Seus tipos italianos, que seriam gravados por L. M. Petit em 1809 numa série de 31 pranchas, são duros como estátuas. Parte dessa rigidez irá perdurar no Brasil nos seus índios e quadros históricos; ele se livraria desse engessamento greco-romano apenas nas calçadas e ruas cariocas."

[4] NAVES, Rodrigo. A forma difícil: ensaios sobre arte brasileira. 2e ed. São Paulo: Ática, 1997, p. 99.

[5][...] em 1807 Debret recebe uma bolsa de estudos para a Itália [...]."

[6] Bibliothèque Nationale de France. Notice de personne. In: Catalogue général de la BnF.  Consulté le 08 mars 2016, à <http://catalogue.BnF.fr/ark:/12148/cb1452838800>. Néanmoins, en 2018, Valérie Sueur-Hermel, conservateur responsable de l'estampe du XIXe siècle du Departement des Estampes et de la Photographie, nous a informé qu´après vérification de la documentation de la BnF, elle a décidé de rectifier le catalogue en ligne et de changer l´auteur pour François Debret, information qui est présente dans cette page actuellement.

[7] Voir J. F. de Almeida Prado (1973), Serge Gruzinsky (2001) et Julio Bandeira (2008).

[8] LIMA, Valéria Alves Esteves Lima. J.-B. Debret, historiador e pintor: a viagem pitoresca e histórica ao Brasil (1816-1839). Campinas: Unicamp, 2007, p. 85.

[9] "A literatura sobre Debret informa-nos que, em 1809, o artista teria publicado um álbum de costumes italianos. O exemplar pertencente ao acervo da Biblioteca Nacional de Paris traz o seguinte título e informações: Costumes Italiens, dessinés à Rome par Debret, gravés p. L.M. Petit en 1809. Essas informações, assim como as referências das 30 imagens que compõem o álbum, são manuscritas. As gravuras são coloridas, registrando hábitos e costumes da população italiana. É natural que essas imagens tenham um significado importante para sua iconografia brasileira, demonstrando o interesse e o talento de Debret para esse tipo de representação. Não há, porém, notícias mais concretas a respeito da publicação desse álbum e, nem mesmo, de uma viagem de Debret à Itália nesse período."

[10] Voir Jean-Baptiste Debret (1839), Valéria Alves Esteves Lima (2007), Julio Bandeira (2008) et Marcelo Gonczarowska Jorge (2016).

[11] SARRUT, Germain; SAINT-EDMÉ, B. Biographie des hommes du jour. Paris: Henri Krabbe, 1837, t. 3, part 2, p. 118-120.

[12] Cela s’explique facilement par le bien connu effet “miroir” qui découle des procédés techniques de la reproduction des dessins en taille-douce, quand le graveur n’ait pas pris le soin d’éviter le renversement. 

[13] JOURNAL TYPOGRAPHIQUE ET BIBLIOGRAPHIQUE, Paris, Pillet, an 12, n. 7, 13 février 1809, p. 392.

[14] SAMOYAULT, Jean-Pierre. La formation de l’emblématique napoléonienne et sa diffusion dans les arts décoratifs de l’époque impériale. In: L’aigle et le papillon: symboles des pouvoirs sous Napoléon (1800-1815). New York ; Paris: Les arts décoratifs ; AFA, 2007, p. 52-61. Catalogue de l’exposition présentée au Musée d’arts décoratifs de Paris (entre autres), du 2 avril au 5 octobre 2008, p. 54.

[15] JOURNAL TYPOGRAPHIQUE ET BIBLIOGRAPHIQUE, Paris, Pillet, an 12, n. 27, 3 jul. 1809a, p. 550.

[16] Elle compte aussi avec deux inscriptions manuscrites, "Roy.me de Naples" et  "double."

[17] BARBIN, Madeleine; BOURET, Claude (éd.). Inventaire du fonds français: Graveurs du XIXe siècle. Paris: BnF, 1985, t. 15 (Mabille-Marville), p. 57-58.

[18] REGISTRE DES DEPOTS FAITS AU CABINET DES ESTAMPES ET PLANCHES-GRAVEES DE LA BIBLIOTHEQUE NATIONALE: 1804-1812. Paris: s.e., 1804-1812. Manuscrit. Cote de la BnF: RESERVE YE-79 (2)-PET FOL, p. 90.