. BOLOGNESE. XX Exposição de Belas Artes. O Paiz, Rio de Janeiro, 4 set. 1913, p.5. - Egba

BOLOGNESE. XX Exposição de Belas Artes. O Paiz, Rio de Janeiro, 4 set. 1913, p.5.

De Egba

“Poetas por poetas sejam lidos!...”

E assim, em todos os ramos de arte.

Quem melhor que um artista poderá dizer das emoções que a arte desperta, diante de uma bela tela ou de um quadro medíocre; de um grupo em mármore, ou uma figura em bronze, meticulosa de verdades, palpitando e dando doçura ao bloco áspero do metal, que um vero artista [sic]?

Ao passar através as [sic] galerias das Belas Artes, íamos lado a lado com um interessante artista estrangeiro. Ouvíamos as suas ligeiras reflexões sobre os trabalhos expostos, e logo nos ocorreu a ideia de pôr em letra de forma o que nos dizia com a isenção de ânimo, que certamente os nossos compatriotas não poderiam ter.

Externamos o nosso desejo, e ele acedeu, impondo duas condições essenciais: que daria as suas impressões em diálogo com a gentil criaturinha que o acompanhava e escritas na língua que lhe é própria.

Naturalmente que aceitamos jubilosamente; e aqui vai sua crônica, tão leve, tão ligeira, tão inofensiva...

UNE PROMENADE AU SALON AVEC MA PETITE AMIE GLADYS

- Mon petit Gros, j m'ennuie!

- Je vais bien! Tu es nerveuse depuis quelque temps; tu as le “spleen”: on dirait que Rio de Janeiro n'as pas quai de distraire!

Je t'ai offert d'aller nous promenais au Corcovado, à St. Theresa, boire un bock au Pão de Açúcar, rien ne te va: j'ai voulu te conduire au cinéma; les choses les plus extraordinaires je te les ai offertes sans réussir à te voir sourire.

- Tiens, que sont ces dames qui descendent de l'auto avec de si jolies toilettes; où sont elles?

En voilà encore qui arrivent!

- Ces dames que tu vais vont à l'exposition, au vernissage; elles vont voir vernir des tableaux.

- Je veux y aller; où est-ce?

- C'est là en face; justement je connais le directeur qui nous donnera une entrée: allons y.

Qui as tu, ma petite amie?

- Rien; où me conduis tu?

- Voir des tableaux.

- Je croyas [sic] que c’était dans une nécropole.

- Pourquoi, mon amie?

- Tu ne vais pas des cyprès?

- Ma mignonne, les artistes sont des poètes, des symbolistes; ils chantent avec Ugo Foscolo.

“All'ombra dei cypresgi [sic] e dentro l'urne confortate di pianto...”

parce que ces vers symbolisent le nêan de tous leurs efforts, ils perdent tout espoir d'une vie heureuse par le travail: la vie aujourd'hui est un calvaire et l'artiste qui a fait placer les cyprès avait certainement des idées plus sombres que d'habitude.

- Et ces tapis sont ils d'Orient?

- Il parait que si; c'est le représentant du Bazar de l’Hôtel de Ville que nous l'affirmé...

Monte, donc, ma mignonne, marchons à droite.

- Voilà le Christ; tout est symbole ici.

- Oui, ma petite Gladys, c'est une belle œuvre de Bernardelli, à qui le Brésil doit je ne sais pas si c'est bien ou mal d'avoir des artistes.

- Et cette femme plantureuse qui pleure à ses pieds?

- C'est “Maddalena pentita”.

- On vois que les femmes à cette époque se nourrissaient bien et que le chagrin ne leur ôtait pas l’appétit. N'est pas, mon petit Gros?

- Oui.

- Et tous ces messieur [sic] là en groupe qui bavardent, qui sont ils?

- Ce sont les colonnes de l'Art brésilien, les luminaires, en somme. Il y a les deux frères Bernardelli, Lauro Müller et tu vais ce bon vieux qui est assis à côte du capitaine de la police municipale? Eh bien, celui-là c'est Therminus.

- Et le jeune homme brun qui se promène avec un air embête?

- Celui-là c'est Lucilio, un jeune artiste que se monte le cou.

- Et sa tête où va-t-elle allors?

- Tu es bien curieuse, ma petite Gladys. Sa tête plane au dessus de l'atmosphère ambiante, au dessus des "effluvil oxigenei".

- Eh bien, toutes ces personnes attendent le président, qui droit venir à une heure et demie.

- Et quelle heure est il maintenant?

- Il est deux heures et demie, mais tu sais bien que les présidents n'ont pas l'exactitude de les rois. Dons nous pouvons monter voir les tableaux et l'attendre.

- A moin [sic] qu'il ne nous pose un lapin!

- Oh! Gladys, pourquoi dit tu cela?

*

- Tu vois, mignonne, ici on danse; c'est bien, la Facture est libre, des gammes chromatiques placées avec sûreté, c'est lumineux et la pâte est grasse. Mignonne ne regarde donc pas là, il n'y a que des navètes.

- Eh bien, mon ami, c'est très bon!

- Oui, avec le ragoût et le civet de lapin!

- Écoute, écoute, mon Gros, qu'est ce donc cette musique?

- Cest le Raffût de St. Polycarpe.

- Et le jeune homme aux cheveux qui lui tombent sur les épaules?

- Celui, là, c'est un génie.

- Et le vieux monsieur qui prend des note?

- C'est un critique, c'est Americo dos Santos.

- Que c'est Americo dos Santos?

- Oh, écoute, assez de tes espiègleries, veux tu que je te le dise?

- Eh bien, c'est un monsieur qui ne sait rien de rien!

- Tiens vola le portrait de Madame Rego Barros . Il est bien, mais le coloration est monotone. De Servi a du talent et peut faire mieux.

Le portrait de la jolie et charmante Tetea Gasparoni on l'a placés exprès dans l'encoignure d'une porte qui souvre [sic] et qu'on ferme selon les besoins de MM. les balayeurs.

Latour, Chambelland frères [Carlos Chambelland e Rodolpho Chambelland], Oswalde, Menge, sont bien représentés dans leurs pays avec des ouvres qui peuvent être admirées ailleurs.

Angelina Agostini fera mieux l'année prochaine - c'est une jeune fille rieuse et blonde.

Sahra Padavaci [sic] a un joli petit paysage italien

- Tu entends jouer l’Himne [sic] National, mon petit Gros?

- Oui, ma mignonne, c'est le Président qui arrive avec son cortège de jolie femmes! Allons nous en par ce que il pourrait bien nous inviter à dîner.

Bolognese.

(La sculpture au prochain article)


Digitalização de Arthur Valle

Transcrição de Vinícius Moraes de Aguiar

BOLOGNESE. XX Exposição de Belas Artes. O Paiz, Rio de Janeiro, 4 set. 1913, p.5.

Ferramentas pessoais
sites relacionados